> HOMMAGE à ARTHUR RIMBAUD

"Et j’irai loin, bien loin, comme un bonhémien" - Hommage à Arthur Rimbaud

Hommage à Rimbaud

Avec la participation de :

Daniel Destombes (textes)
Marc Delplanque (piano)

Tout public – à partir de 10 ans - 1H

Présentation

" Voyant, Arthur Rimbaud? Et pourquoi par voyou?"
Que n'a-t-on dit et écrit de lui:
"L'homme aux semelles de vent" (Verlaine)
"Un mystique à l'état sauvage" (Claudel)
"L'oeil de la catastrophe" (Jouve),
"Celui qui a su trouver la vie secrète de la poèsie" (Artaud)

S'il n'a consacré à la poésie que quelques années de sa brève existence, cela ne l'a pas empêché de mener sa courte vie "toute en avant" et de devenir un poète majeur de notre modernité. Cédons lui la parole et écoutons le. Ses mots et sa musique n'ont pas fini de nous surprendre.

Programme

* Prologue de Daniel Destombes
* Sensation, de Arthur Rimbaud
* La Bohème, A.R
* Roman, A.R
* Lettre à Théodore de Banville, A.R
* Le cabaret vert, A.R
* La maline, A.R
* Le buffet, A.R
* Le mal, A.R
* Le dormeur du val, A.R
* Les corbeaux, A.R
* L’enfance d’un génie, D.D
* Les poètes de sept ans, A.R
* Le mai 1871 d’Arthur Rimbaud, D.D
* Lettres du voyant, A.R
* Rimbaud-Verlaine, D.D
* Le bateau ivre, A.R extrait
* Lettre à Verlaine du 4 juillet 1873, A.R
* Déclaration de Verlaine au commissaire de Police
* Gaspard Hauser chante, Verlaine
* Une saison en enfer, A.R
* Extrait de Alchimie du verbe, A.R
* La fin de Rimbaud, D.D

Musique

* Prélude du clavecin bien tempéré de J-D Bach n°24, 2ème livre
* Premier Ragtime de Scott Joplin
* Deuxième Ragtime de Scott Joplin
* Mazurka de Chopin, en Mi min, op 41, n°2
* Deuxième Mazurka de Chopin, en La min, op 68, n°4
* Erik Satie : Troisième Gnossienne
* Invention en La min, de JS Bach au clavecin
* Schubert : Andantino de l’avant dernière sonate

Extraits du spectacle

« J’ai tendu des cordes de clocher à clocher; 
des guirlandes de fenêtre à fenêtre;
des chaînes en or d’étoile à étoile et je danse.»

(Illuminations) 

« Sur la place taillée en mesquines pelouses,
Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
Tous les bourgeois poussifs qu’étranglent les chaleurs,
Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses. »
(À la musique)

« Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout près, tout près. »

«L’hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coin moelleux. »
(Rêvé pour l’hiver)

«L’étoile a pleuré rose au coeur de tes oreilles,
L’infini roulé blanc de ta nuque à tes reins.
La mer a perlé rousse à tes mammes vermeilles
Et l’Homme saigné noir à ton flanc souverain.»
(Voyelles)

«Elle est retrouvée
Quoi? - L’Eternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.»
(L’Eternité)

Partagez Hommage à Arthur Rimbaud sur les réseaux sociaux