> HOMMAGE à VICTOR HUGO

"Ce qu'il y a dans un bouteille d'encre" - Hommage à Victor Hugo.

victor.hugo

Avec la participation de :

Daniel Destombes (textes et chant)
Thibaud Defever (textes, guitare et chant)
Stéphane Verrue (concepteur et conseiller artistique)

Tout public - à partir de 10 ans - 1 heure

De la fin de la révolution à l'avènement définitif de la République, un homme à travers son siècle. Convulsions de l'histoire, amours, deuils et combats. Toute une vie abîmée dans les mots, les mots pour tenter de dire l'Esprit Humain, tenter de dire la nature, l'amour, la mort, la misère, le mystère, tenter de dire l'indicible.
Accompagné d'un musicien poil-à-gratter, iconoclaste, admiratif ou compatissant, Hugo chante, éructe, raconte, malmène la bonne conscience de l'alexandrin.
Au gré de cette autobiographie tourmentée, se côtoient le calembour et la charade, la tendresse et le désespoir.

Extrait vidéo du spectacle

Programme

* Prologue, Stéphane Verrue
* Quand je sortis du collège, (Les Contemplations, I, 7)
* Marchands de Grec, Marchands de Latin 
* J’avais douze ans, elle en avait bien seize, (Les Contemplations, I, 11)
* Je ne songeais pas à Rose, (Les Contemplations, I, 19), Musique Thibaud Defever
* J’en ai connu des femmes, S.V
* Elle avait prit se pli dans son âge enfantin, (Les Contemplations, IV, 5)
* Puisque nos heures sont remplies, V.Hugo.
* La blanche aminthe, V.Hugo. Musique Thibaud Defever
* Calembours et contrepètreries, S.V
* Itinéraire politique, S.V
* Un jour je descendis dans les caves de Lille, (Les Châtiments, III, 9)
* Où vont tous ces enfants?, (Les Contemplations, III, 2), Musique Thibaud Defever
* Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne (Les quatre Vents de l’Esprit)
* L’exil, S.V
* Souvenir de la nuit du 4, (Les Châtiments, II, 3)
* George et Jeanne, (L’art d’être grand-père)
* Oh que le gouffre est noir, (Horror, Les Contemplations, VI, 16)

Extraits

Contradictions...
"J'ai été royaliste, bonapartiste, j'ai fini républicain,
J'étais anticlérical et je priais chaque jour,
J'ai eu beaucoup d'aventures et je me suis marié vierge,
J'ai toujours aidé les pauvres mais je défendais l'héritage,
J'ai été le porte-drapeau du romantisme et j'ai influencé
Baudelaire, Mallarmé, Rimbaud, les surréalistes même !
Et j'étais contre la peine de mort !"
Extrait prologue de la pièce.

Le rapport aux mots...
"Pourquoi l'a-t-on tué ? Je veux qu'on me l'explique.
L'enfant n'a pas crié vive la république (...)
Vous ne compreniez point, mère, la politique.
Monsieur Napoléon, c'est son nom authentique,
Est pauvre, et même prince; il aime les palais;
Il lui convient d'avoir des chevaux, des valets (...)
C'est pour cela qu'il faut de vieilles grand-mères
De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps
Cousent dans le linceul des enfants de sept ans."
Extrait de Souvenir de la nuit du 4 - les Châtiments, 1853.

L'amour et le deuil...
"Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
Je l'attendais ainsi qu'un rayon qu'on espère;
Elle entrait, et disait : "Bonjour, mon petit père" (...)
Et dire qu'elle est morte ! Hélas ! Que Dieu m'assiste !
Je n'étais jamais gai quand je la sentais triste;"
Extrait de Léopoldine - les Contemplations, livre 4, 1846.

Partagez Hommage à Victor Hugo sur les réseaux sociaux