> JARDINS DU MONDE CHAIR DU MONDE

Poétique des jardins.

spectacle les jardins du monde chair du monde

Avec la participation de :

Daniel Destombes (conte et chant)
Christian Vasseur (luth)
Juliette Petit ou Dorothée Pinto (flûte et voix)

Tout public - à partir de 10 ans - 1 H

Présentation :

Chaque jardin est comme une parcelle du monde, un morceau de chair du monde.
Chaque jardinier, prenant soin de sa parcelle, contribue à la beauté du monde.
Cependant, à l’aube du troisième millénaire,
chaque jardinier est aussi le citoyen d’un monde en péril,
le monde du réchauffement climatique, de la pollution généralisée et de la menace nucléaire,
le monde qui fait disparaître les abeilles butineuses.


Le spectacle « Jardins du monde – Chair du monde » se veut tout à la fois,
à travers textes, musiques et chansons,
célébration de la beauté du monde et mise en lumière de ce qui la menace gravement.

D’où l’incontournable question, celle-là même de notre temps :
Quelles sont les conditions d’un sursaut, d’un rebond ?
Une manière redoublée et renouvelée de prendre soin du monde,
à travers nos actes et nos gestes créatifs ?

Un extrait du spectacle, sur Weo la chaîne Nord/Pas de Calais :

Programme

* Chanson « La fenêtre » de Guy Béart.
* Min gardin, je l’fais mi-même, texte de DD.
* Chanson « Les haricots » de Bourvil.
* Le jardin, un enclos pour cultiver le meilleur. Texte de Daniel Destombes, inspiré de Gilles Clément
* Sacré Géranium, chanson de Dick Annegarn.
* La chair du monde, texte de Nicolas Daquin.
* Instrumental.
* L’ère du productivisme ou le jardin abîmé, texte de DD.
* Concert animalier
* Monsieur Toulemonde, qu’avons-nous fait de la planète bleue, chanson de Aldebert.
* On dirait que l’homme est destiné à s’exterminer lui-même, texte de Lamarck, 1830.
* Instrumental.
* Un monde qui fait disparaître les abeilles, texte de DD.
* Qui suis-je, chanson de Guy Béart.
* Strontium 90, poème de Nazim Hikmet.
* A vous mes beaux messieurs, poème de Nazim Hikmet, mis en musique par Julos Beaucarne.
* Nous n’habitons plus la même planète, textes de Bertrand de Jouvenel.
* Cette terre empruntée à nos enfants, texte des Indiens d’Amérique.
* L’hymne de non campagnes, chanson de Tryo.
* Les jacinthes du Mont Noir, lettre de Marguerite Yourcenar à Louis Senneville.
* La jardinier, poème de Max Elscamp, mis en musique par Julos Beaucarne.
* Instrumental.
* J’attache de la valeur, poème de Erri de Luca.

Extraits de presse

À Avignon

«  Au tout début de la rue des Teinturiers se tient ce petit théâtre classé monument historique, où trois artistes, - trois militants ? Trois humains tout simplement - nous donnent à goûter, par les chants et les mots, et en toute simplicité, la détresse profonde de notre temps, où les impératifs économiques ont pris le pas sur le temps des saisons et sur le sens de la terre.

Nous marchons en effet sur la tête et courons au désastre, et il est bon de le rappeler, et de ne pas occulter cette voix dans le théâtre – qui se fait ici profondément politique. Il est bon et symptomatique qu’au moins quelques uns des spectacles du OFF d’Avignon se soient ainsi dédiés à cette mise en alerte.

Ici, la douceur prend toutefois le pas sur l’amertume. Car si Daniel Destombes n’est manifestement pas un « acteur », il porte une histoire - qui crève le cœur aux jeunes générations n’ayant pas connu ce temps où la terre et l’homme étaient amis; et cette histoire, il est de son devoir de la transmettre. Il raconte ce temps révolu de son grand-père chti où l’on cultivait un grand jardin dans la symphonie de la basse cour, et où pour labourer l’on marchait en silence derrière deux chevaux de trait. Il est la voix tendre de la mémoire, et il raconte, sans haine, comment au fil des temps, l’espèce du « terrien » a peu à peu disparu, pour le plus grand désarroi du monde actuel.

Mais si le constat du désastre est ferme, rien n’est toutefois enlevé à nos potentialités d’actions, car ces dernières ne partiront de nulle part ailleurs que de l’amour éprouvé pour cette terre qui nous porte. De très beaux chants du répertoire français, très bien portés par Dorothée Pinto, également flûtiste (en alternance selon les représentations avec Juliette Petit) et par Christian Vasseur, au luth et à la voix, ponctuent les différents temps du récit – telles la lecture d’une lettre admirable de Marguerite Yourcenar à propos de semences de jacinthes, et celle, visionnaire, du chevalier de Lamarck, datant de 1830, ou encore le salut des Amérindiens à la terre.

Bref, un spectacle de mémoire, à aller voir en famille, toutes générations mêlées, car il rappelle aux plus anciens leurs images d’enfance, pallie pour les plus jeunes celles qu’ils n’ont pas, et rappelle à tous que la terre est entre nos mains. »

Marion Richez – Théâtral Magazine

Sur la Grand’Route de l’écologie : un conte.

La Compagnie « Sur la Grand’Route » a repris le chemin de la scène et des spectacles musicaux.

Daniel Destombes se définit comme raconteur. Il raconte des histoires, son histoire.

Dans ce spectacle « Jardins du monde-Chair du monde », le raconteur porte son regard d’adulte critique sur la ferme qu’il a connue enfant et sur ses évolutions : « Le productivisme a tout changé. On a dit à mes parents de se spécialiser, d’utiliser engrais et pesticides… Résultat, maintenant les fermes sont en surproduction, et on leur donne des aides pour produire moins…Aujourd’hui, le jardin qu’était la ferme est abîmé ».

Daniel Destombes, à travers textes et chansons, allie modernité et tradition.

Le spectacle est à mi-chemin entre le conte musical et le théâtre musical.

Sur scène, ils sont trois : lui et deux musiciens, Christian Vasseur à la guitare et au luth, et Juliette Petit, à la flûte et au chant. Parfois, Daniel se tait et les écoute. Dans le spectacle, des mots, des expressions, voire des passages entiers sont écrits en Ch’ti.

Les spectateurs se reconnaissent : soit ils ont parlé cette langue, soit ils l’ont entendue durant leur enfance, ou pour les plus jeunes, c’est une bonne occasion de la (re)découvrir. »

Sophie GUESNE, Nord-Eclair, le 13 septembre 2010.

« Jardins du monde – Chair du monde », le nouveau spectacle de Daniel DESTOMBES, traite de l’écologie de manière accessible et goûteuse.

« Certains font de la poésie sans le savoir comme d’autres de l’écologie au quotidien.

Daniel Destombes, l’amoureux des mots, des grands auteurs et des chansons françaises, est devenu plus sensible ces dernières années aux problèmes liés à la sauvegarde de la terre et à la préservation de l’environnement.

Chacun, nous dit-il, dans son petit bout de jardin, dans son quartier, peut contribuer à préserver la nature, la vie, l’avenir de nos enfants.

Au total, une succession de textes de son cru et de chansons- de Guy Beart (Je suis né dans un arbre), à Tryo (L’hymne de nos campagnes), pour souligner la beauté de la terre et la nécessité de protéger ce patrimoine commun, cette « chair des hommes », à travers les générations.

» Jean-Marie GUICHARD, La Voix du Nord, le 9 septembre 2010.

Galerie Jardins du monde chair du monde

Partagez Jardins du monde chair du monde sur les réseaux sociaux